Jeûne intermittent et fatigue: ne dépassez pas vos limites!

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Faire un jeune intermittent demande une certaine adaptation à l’organisme qui n’a pas l’habitude de vivre de cette façon. Il faut donc se fixer certaines limites.

alt_a_changer

La pratique du jeune intermittent

Faire un jeune nécessite de savoir certaines informations pour prendre les précautions et s’y préparer de manière optimale.

Lorsque l’on digère, notre organisme va utiliser un tiers de notre énergie à cette tâche. Avec trois repas par jour, on comprend vite qu’il y a beaucoup d’énergie laissée en cours de route.

La caractéristique principale d’un jeune intermittent, c’est la détoxification qui se déroule dans le corps. Les reins, le foie, les cellules, les intestins ou encore la peau vont alors être nettoyés profondément.

Le jeune intermittent consiste à alterner entre d’abord une phase de privation alimentaire pendant une durée assez longue. Dans la méthode 16/8, 16 heures sont alors consacrées au jeune. L’autre phase permet de s’alimenter de manière normale pendant 8 heures. Attention, il ne faut pas manger n’importe comment à ce moment. Une alimentation équilibrée est vivement recommandée.

De manière automatique, si on saute un repas, le corps va ingérer moins de calories qu’une journée habituelle. Ne pas prendre de petit-déjeuner ou ne pas diner va donc forcément amener une baisse de poids. C’est là que la pratique du jeune est intéressante, car elle permet de diminuer la masse graisseuse.

En effet, pour fonctionner, le corps a besoin d’une certaine énergie. Il va donc puiser celle-ci dans les réserves de graisse, provoquant la baisse de poids.

Jeûner préviendrait aussi le risque de diabète, de maladies cardio-vasculaires et diminuerait le stress et ses effets.

Ne pas dépasser ses limites en cas de fatigue

Oui mais voilà, comme dans beaucoup de choses, il n’y a pas que des éléments positifs à la pratique du jeune intermittent.

Si vous n’y êtes pas habitués, le jeune intermittent va mettre votre état physique et psychologique à rude épreuve. La sensation de faim peut être difficile à supporter. De même il ne faut pas dépasser ses limites. Si vous sentez que vous devez briser le jeune car c’est trop dur, allez-y. Ne courez pas le risque de faire un malaise.

Jeûner peut ainsi provoquer plusieurs effets secondaires désagréables comme la difficulté à s’endormir le soir. C’est dans ce cas qu’une grande fatigue peut arriver. Ne pas assez dormir ne va finalement pas permettre à l’organisme de se reposer suffisamment.

Le manque de sommeil va finalement fatiguer votre corps et votre esprit, qui peut se retrouver dans une situation inhabituelle en raison du jeune. Vos émotions seront également irritées et il sera possible de développer du stress et de l’anxiété.

Physiquement, repousser ses limites pourrait avoir des conséquences négatives et contre productives au jeune. Ne pas assez dormir favoriserait le surpoids à cause d’une sensation de faim accrue ou le risque de diabète à cause d’une baisse de la sensibilité à l’insuline.

Il apparait donc important de fixer certaines limites lorsque l’on réalise un jeune intermittent. Ne pas les dépasser s’avère être important pour ne pas développer une fatigue qui affecterait votre hygiène de vie générale.


Lisez aussi:

Jeûne intermittent et cigarette: peut-on fumer?

Jeûne intermittent sec: la méthode ramadan?